fbpx

D’où provient la mauvaise haleine?

Saviez-vous que la mauvaise haleine de l’animal est le premier motif de consultation pour un examen buccal chez le vétérinaire? Elle est souvent le premier signe qu’il y a un problème de santé buccodentaire plus grave. Cette mauvaise haleine, également appelée halitose, est fréquente lorsque peu de soins dentaires sont prodigués à l’animal. Elle peut également résulter d’autres affections telles qu’une maladie chronique du foie, une maladie gastro-intestinale ou encore des tumeurs buccales. La mauvaise haleine peut aussi être due à une infection orale induite par un corps étranger comme un morceau de bois. Cependant, dans la grande majorité des cas, l’halitose est présente lorsque la maladie parodontale l’est depuis un bon moment également.

Comment apparaît-elle?

De façon générale, la mauvaise haleine découle du métabolisme bactérien résultant de la dégradation de substrats protéiques provenant de la cavité buccale et de l’alimentation. L’odeur, produite par les bactéries, est issue des composés sulfurés volatils comme le sulfure d’hydrogène et le méthylmercaptan. En résumé, la mauvaise haleine provient des mauvaises bactéries. On peut les surnommer ainsi, car elles ont plusieurs conséquences négatives sur l’organisme. Par exemple, les composés qu’elles produisent augmentent le niveau d’inflammation des gencives et ils peuvent même empêcher la cicatrisation des plaies! Ces bactéries se retrouvent en grande partie dans ce qu’on appelle la plaque dentaire. Elles sont également présentes sur la partie dorsale de la langue et dans les poches parodontales. Ces dernières représentent l’espace qui se crée entre la dent et la gencive lors de la maladie parodontale.

Que faire pour contrer la mauvaise haleine chez mon animal?

Pour diminuer la mauvaise haleine, pratiquer de bons soins d’hygiène buccodentaire avec votre animal est nécessaire. Cette pratique aura comme résultat d’enlever la plaque accumulée tout en éliminant une partie des mauvaises bactéries. La meilleure méthode est de brosser les dents à l’aide d’une brosse à dents adaptée. En effet, le brossage de dents procure un mouvement mécanique qui aide à déloger les mauvaises bactéries, dont celles produisant de mauvaises odeurs. Pour une meilleure efficacité, il est possible d’ajouter un produit comme un dentifrice ou un gel dentaire. Lors de la sélection d’un produit, il est important de vérifier que ce dernier s’attaque aux bactéries directement puisqu’elles sont la source du problème. Il existe certains produits que l’on peut classifier de neutralisant d’odeurs. Ces produits ne s’attaquent pas aux bactéries, ils viennent simplement changer l’odeur en camouflant temporairement le réel problème, soit les bactéries. C’est un peu comme si nous prenions toujours une gomme à mâcher au lieu de nous brosser les dents. Même si la mauvaise odeur est camouflée, les bactéries continuent de s’accumuler ce qui risque d’entraîner des problèmes plus graves que la présence de mauvaises odeurs. Les bactéries sont donc encore présentes dans notre bouche et la neutralisation des odeurs n’est que temporaire. En résumé, le brossage de dents s’attaque aux bactéries de manière mécanique et il est possible de combiner le brossage avec un produit efficace afin d’avoir un effet supplémentaire contre les bactéries.

Saviez-vous que parmi toutes les bactéries de la cavité buccale, certaines sont directement associées avec la mauvaise haleine? Plus ces dernières sont présentes, plus la mauvaise haleine sera forte! Certaines de ces bactéries sont également retrouvées chez l’humain!

Finalement, si vous adoptez une bonne routine de soins dentaires avec votre animal et que la mauvaise haleine persiste, il y a peut-être un problème sous-jacent. Nous vous recommandons de consulter votre vétérinaire à ce moment. Pour plus d’articles sur la santé dentaire de vos amours à quatre pattes, nous vous invitons à consulter notre blogue!

Références

Niemiec, B.A., Small Animal Dental, Oral and Maxillofacial Disease: A colour Handbook. 2011, London: Mansons.
Fiorellini, J.P., D.M. Kim, and S.O. Ishikawa, Carranza’s Clinical Periodontology. 2006, St-Louis: Saunders.
Lee, C.H., et al., The relationship between volatile sulfur compounds and major halitosis-inducing factors. J Periodontol, 2003. 74(1): p. 32-7.
Culham, N. and J.M. Rawlings, Oral malodor and its relevance to periodontal disease in the dog. J Vet Dent, 1998. 15(4): p. 165-8.
vanSteenberghe, D. and M. Rosenberg, Bad Breath, a Multidisciplinary  Approach   1996, Leuven, Belgium: Leuven Universiy Press.

Vous aimeriez être avertis lorsque notre prochain article sortira? Inscrivez-vous à notre infolettre!
Pour ne rien manquer sur nos promotions, nos nouveautés et les développements de l'entreprise!